Syrie : La Ghouta orientale, une terre abreuvée de sang

La Ghouta orientale une terre abreuvée de sang
Ce rapport documente les violations commises par les principales parties au conflit dans la Ghouta orientale (région de Damas) entre le 1er janvier et le 30 Juin 2015, d’après le Réseau Syrien des Droits de l’Homme (RSDH).
A- Exécutions extra-judiciaires:
Le RSDH a documenté la mort de 834 individus dont 54 sous la torture.
1. Les forces gouvernementales ont tué 776 individus et commis 25 massacres:
– 633 civils furent tués, dont 155 enfants et 129 femmes. 54 personnes ont péri sous la torture.
– 143 hommes armés
La répartition des massacres dans les localités de la Ghouta orientale est comme suit :
La ville de Douma : 14 massacres. La ville d’Erbin : 4 massacres. La région d’Al Marj : 3 massacres. Un massacre dans chacune des localités de Ein Terma, Kafr Batna, Harassa et Hamouriyia respectivement.
2. Les forces armées de l’opposition ont tué 22 personnes:
– 12 civils dont un enfant et une femme.
– 10 hommes armés
3. Les groupes islamistes ont tué 26 personnes :
– L’organisation « Etat Islamique » a tué 17 personnes et commis un massacre :
– Un civil
– 16 hommes armés
– Le front Al Nosra a tué 9 hommes armés.
4. Des groupes non identifiés ont tué 10 individus dont 2 civils.
B- Arrestations et détentions illégales:
Le RSDH a recensé l’arrestation de 458 personnes dans la Ghouta orientale :
1- Les forces gouvernementales ont arrêté 411 personnes dont 65 femmes et 41 enfants.
2- Les forces de l’opposition armée ont arrêté 36 personnes dont 9 enfants.
3- Les groupes islamistes:
– Le front Al Nosra a arrêté 11 personnes.
C- Attaques contre des biens civils:
Le RSDH a recensé 51 attaques contre des installations civiles:
1- les forces gouvernementales ont attaqué 49 installations : 12 marchés, 11 écoles, 10 lieux de cultes, 9 installations médicales, 7 véhicules municipaux de service.
2- les forces de l’opposition armée ont attaqué deux installations civiles : une prison et une station de carburants.
D- Siège
La seule partie au conflit responsable du siège imposé à la Ghouta sont les forces du régime.
Le siège imposé par ces forces a tué 117 personnes dont 67 enfants et 27 femmes, à cause du manque de nourriture et de médicaments.